Graisses cachées on fait le tri !!

Vous essayez de manger équilibré et vous surveillez votre alimentation. Mais parfois, des calories invisibles se trouvent dans les plats les plus inattendus. Ce sont les fameuses graisses cachées. Comment les dénicher ? Peut-on réellement manger un peu plus léger ?

Et oui on retrouve des graisses cachées dans à peu près tous les produits que vous achetez au supermarché ; yaourts, salades traiteurs, quiches, pain de mie…. Les aliments apportent en effet deux catégories de lipides, les « visibles » que l’on peut choisir et doser soi-même comme l’huile que l’on va mettre sur sa salade, ou son beurre de cacahuète que l’on va mettre sur sa tartine, et les « cachées » qui sont déjà présentes dans les aliments et qu’on ne distingue pas toujours si l’on ne lit pas l’étiquette.
Ce sont les graisses cachées qui représentent malheureusement l’essentiel des graisses que l’on consomme chaque jour. Attention cependant, graisse cachée ne veut pas forcément dire que ce sont de mauvaises graisses. De nombreux aliments non-transformés renferment de ces graisses mais sont complètement recommandables comme l’avocat ou les oléagineux par exemple.

LES GRAISSES À SURVEILLER

Ce sont les graisses ajoutées par les industriels (des produits transformés donc) qui posent problème. Ces graisses agissent comme des exhausteurs de gouts et sont donc largement utilisés pour le plaisir gustatif des consommateurs (ou tout simplement pour camoufler un manque de saveur – c’est souvent le cas des produits qui ne contiennent pas de sucre). C’est comme ça que l’on retrouve par exemple près de 9g de lipides dans un bol de soupe de légumes (alors que clairement lorsque vous la faite chez vous cette soupe, vous n’y ajoutez rien d’autre que de l’eau et des légumes). Pareil pour les salades déjà assaisonnés qui sont bien plus grasses que celles que vous vous préparer à la maison, lorsque vous ajoutez un filet d’huile d’olive et de jus de citron, les industriels eux préfèrent y ajouter de la mayonnaise. La quantité de lipides peut doubler d’une marque à l’autre, c’est pour ça qu’il faut bien faire attention lorsque vous consommez un produit pour la première fois. On vérifie donc la composition des produits ou à observer le nutriscore qui commence à apparaître sur de plus en plus d’emballage.

Comment faire pour évaluer l’équilibre d’un plat préparé ?
(même si bien sur je ne recommande pas leur consommation).
On calcule le rapport P/L, c’est à dire qu’on divise la quantité de protéines par la quanité de lipides.
– Si le résultat = 1 ; le plat est bien équilibré.
– Si le résultat > 1 ; il est intéressant car il apporte davantage de protéines que de lipides
– Si le résultat < 1, inintéressant car trop gras
Ce calcul ne concerne que les plats préparés comme les pizzas, lasagnes, quiches, gratins….

Un exemple concret : Cette pizza (champignons, jambon, fromage) contient 8,6g de protéines et 18g de lipides/
P/L = 0,4 = ON OUBLIE !

Surveiller également la qualité des graisse
Outre la quantité utilisée il faut aussi faire attention à la qualité des graisses utilisées. Rentabilité oblige, les industriels préfèrent toujours choisir les matières les moins chères et donc les moins intéressantes sur le plan nutritionnel. Je pointe du doigt par exemple l’huile de palme ou l’huile de coprah encore utilisée dans certains produits… On les évite et on privilégie les huiles d’olive ou de colza.
Attention aussi aux graisses « hydrogénées » ; des graisses saturées qui assurent une meilleure conservation des produits, elles sont souvent utilisées pour les biscottes, gâteaux etc. Elles sont vraiment mauvaises pour la santé.
Alors oui les lipides sont indispensables pour être en bonne santé mais on n’est pas obligée de manger de la merde hein !

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *