10   512
31   681
36   740
34   609
22   545
33   1166
3   719
8   376
21   673
20   971
27   453
26   820
16   1030
13   620
16   403
10   449
14   971
56   1535
13   772
68   1474

24H à Istanbul

Nous ne pouvions pas repartir de Cappadoce sans avoir vu Istanbul ! Nous avons donc pris un vol interne Neveshir-Istanbul puis un Istanbul-Paris le lendemain. 24H pour découvrir la ville ? Rude mais pas impossible ! Et d’ailleurs c’esttout simplement impossible de s’y rendre sans revenir avec des étoiles plein les yeux. Entre sa mosquée bleue, son grand bazar, le palais de Topkapı, ses innombrables petits chats, la gentillesse de ses habitants… tout est là pour émerveiller les visiteurs. Nous n’y avons passé que peu de temps mais nous avons terriblement adoré !

Voici notre programme !

GOUTER LE CAFÉ TURC

Levez-vous tôt pour profiter au maximum de vos 24 heures à Istanbul. Prenez un bretzel dans l’une des nombreuses échoppes et goûtez au café turc ou au thé à la pomme. Sur le chemin menant au pont de Galata, prenez quelques fruits frais et un jus de fruit. Ici on vous propose partout du jus de grenade et c’est délicieux ! Traversez le pont au-dessus du Bosphore et vous arriverez dans la vieille ville (le quartier de Sultanahmet). Contemplez la vue sur Yeni Cami (mosquée neuve) devant vous et flânez dans le marché aux épices pour découvrir les tas d’épices colorées, de thé et de délices turcs.

VISITER LE QUARTIER DE SULTANAMHMET  

Vous devez passer par l’ultra touristique centre historique de Sultanahmet pour découvrir deux des trois joyaux de la couronne : La Basilique Sainte-Sophie et la Mosquée bleue, deux incontournables car ce sont sans doute les monuments les plus emblématiques d’Istanbul.

Sainte sophie et la mosquée bleue se font face sur la grande esplanade de Sultanahmet et c’est bien pratique. Deux différentes époques, deux  différentes religions. Sainte Sophie est une ancienne église Byzantine construite par Justinien en 537.  Elle était jusqu’à sa transformation en mosquée par les turcs le plus grand monument religieux chrétien au monde. Il a fallu pas moins de 10000 personnes pour la construire. Sa coupole est impressionnante : 36 mètres de diamètre élevé 56 m au-dessus du sol. Elle est aujourd’hui un musée, et de nombreuses mosaïques datant de l’ère Byzantine ont été mises à jour par les archéologues. Coup de cœur,  cet endroit est un simple émerveillement pour les yeux !

Le prix est de 40TL, fermé le lundi, ouvert de 9h à 19h en été et de 9h à 17h en hiver.
La mosquée bleue a  été construite mille ans après Sainte Sophie. Elle s’appelle bleue à cause des mosaïques bleues qui ornent ses murs intérieurs. C’est une des seules mosquées au monde à posséder 6 minarets. L’entrée est gratuite comme toutes les mosquées en Turquie.
Je vous recommende également de passer par la mosquée de Suleymaniye,Les détails de cette mosquée sont fascinants !
Le quartier de Sultanahmet est le quartier historique d’Istanbul, il y a tellement de choses à visiter que vous pouvez facilement y passer la semaine. A vous de voir si d’autres monuments vous intéressent !

UN PEU DE SHOPPING AU GRAND BAZAAR

Passez au moins une heure à vous balader autour du Grand Bazar, l’un des plus anciens marchés couverts au monde.Avec 60 allées et plus de 4000 boutiques étendues sur 30 hectares, il constitue de nos jours l’un des plus grands bazars au monde. On s’y perd facilement dans ce lieu vivant et coloré et c’est même conseillé !
Le bazar est divisé en quartiers regroupant chacun une sorte de produits. Il existe cinq quartiers majeurs dans le Grand Bazar: Le quartier du cuir, du textile, des souvenirs, des bijoutiers, des antiquités et des tapis.
Si vous souhaitez effectuer des achats n’oubliez surtout pas de marchander ! Clairement vous pouvez retrouver la plupart des produits vendus au Grand Bazar dans d’autres endroits, notamment dans ses alentours et dans les marchés, mais sa visite est très dépaysante et vaut vraiment le coup.

Le Grand Bazar d’Istanbul est ouvert du lundi au samedi de 9h à 19h.

BOIRE UN VERRE SUR UN ROOFTOP 

Lestoits en terrasse du quartier de Beyoğlu et de Karakoy dabritent des bars et des restaurants d’où l’on peut admirer la vieille ville, la rive asiatique et le Bosphore. Boire un verre au coucher du soleil dans l’un de ces établissements fera sans doute partie de vos meilleurs souvenirs. Nous sommes allés au KONAK CAFE. L’endroit est très fréquenté par les locaux (ce qui est un gage de qualité), les prix sont un peu élevés mais justifiés. La vue est à couper le souffle. Et cela est suffisant pour que ce « café – restaurant » vaille le détour!
Nous avons dégusté un türk kahve (café truc), un « çay » (thé turc) le tout était très bon! L’ambiance de l’intérieur a également l’air bien agréable, puisqu’elle rappelle les vieux café aux intérieurs en bois, avec une grosse cheminée!
Les soirs un peu frais, on vous propose même un plaid pour vous réchauffer.

FAIRE UNE CROISIÈRE  SUR LE BOSPHORE

Pour faire une croisière sur le Bosphore plusieurs types de croisières s’offrent à vous, des croisières en petit groupe, la location d’un bateau privé, ou encore lestours publics qui proposent des tours courts de deux heures,  et des tours plus tours longs avec escale. La première possibilité de croisière sur le Bosphore constitue l’option la plus courte. En effet, si vous choisissez cette option, vous pourrez effectuer une croisière durant environ 2 heures sur une petite partie du Bosphore en restant sur le bateau. Il s’agit de la meilleure option si vous n’avez pas beaucoup de temps comme nous à consacrer à une croisière sur le Bosphore Si vous disposez d’une journée pour faire une croisière sur le Bosphore, n’hésitez pas à prendre la seconde possibilité qui vous sera offerte. Cette seconde option consiste à faire une croisière sur le Bosphore qui dure entre 5 et 6 heures, qui comporte des escales  sur les deux rives du Bosphore et qui va jusqu’au village d’Anadolu Kavagi situé à environ 6 kilomètres au sud de la mer Noire.
Malgré sa courte durée, cette croisière agréable vous permettra d’observer les monuments sous un nouvel angle. Nous avons fait une croisière le soir, et de nuit la ville est encore plus magnifique !
La grande majorité des bateaux qui proposent une croisière sur le Bosphore, que cela soit  pour une croisière de 2 heures ou pour une croisière d’une demie journée, partent de l’embarcadère d’Eminönü. Nous n’avons rien réservé mais aucun souci pour avoir une place.

Si le prix n’est pas indiqué à l’entrée du bateau, essayez de la négocier un petit peu, surtout si vous vous trouvez à plusieurs. Pour prendre un bateau pour une courte croisière de 2 heures, vous aurez plusieurs choix d’horaires du matin jusqu’au milieu de l’après-midi, les rotations sur ce type de croisières étant nombreuses et fréquentes.

UNE BALLADE DE NUIT AU COEUR DE LA VILLE MODERNE

Résolument européenne, la rue Istiklalest une version orientale des Champs-Élysées. Ici, les boutiques restent ouvertes jusqu’à minuit et on trouve de nombreux endroits pour boire un thé turc, manger un kebab ou fumer la chicha comme les locaux. Déambulez dans cette artère dans le sens Place Taksim vers la Tour Galata. Un mini tramway historique fait aussi le trajet aller-retour sur l’avenue.
Je vous recommande aussi les rues piétonnes comme la rue Nevizade Caddesi et le district très restreint de AsmaliMescit. Plein plein de monde, tout est ouvert, et le petit plus vous y trouverez forcément un groupe de musique turc. Honnêtement le soir ces rues ont vraiment un charme spécial !

POUR DORMIR ? 

Istanbul est une ville merveilleuse mais surtout immense, donc n’hésitez pas à prendre 2 ou 3 logements dans des quartiers différents si vous avez le temps, afin de mieux vous imprégner de ses différentes  ambiances et atmosphères.
Nous avons pas mal hésité entre le centre historique Sultanahmet et Karakoy le coin branché. Nous avons finalement choisi ce dernier.

De Karakoy, vous pouvez prendre le tramway pour le centre historique, prendre un bus ou un dolmus pour Besiktas, prendre le Funiculaire pour Taksim, prendre un verre dans les belles rues du même quartier, marcher jusqu’à Galata ou encore prendre le bateau pour passer côté asiatique.
Ces 3 hôtels sont souvent revenus lors de nos recherches :

• 10 Karakoy  (celui que nous avons choisi). L’hôtel est récent, excellemment bien situé, la déco d’un goût exquis, les chambres très bien équipées, personnel dévoué…

Karakoy Rooms

Ada Karakoy Hôtel

Proche de l’hotel le quartier Beyoglu. Artistique, vivant, près des marchés et offrant des cafés, bars, restaurants, boutiques et galeries d’art en tous genres, c’est un endroit parfait! Egalement les piétonnes du centre Kadikoy. Ce quartier bohème (voir même hipster) est complétement dépaysant ! Nous avons pris plaisir à déambuler le lendemain matin dans les deux coins.

Voici un petit récap quartier trouvé sur le site de Lonely Planet.

Quartier Avantages Inconvénients
Sultanahmet et ses environs Le cœur de la péninsule historique. Les hôtels sont proches de la plupart des monuments et des musées importants. En outre, un tramway relie Sultanahmet et Beyoglu, via le pont de Galata (pratique). Les vendeurs de tapis peuvent être pesants, mais la pénurie de bars et de restaurants corrects est plus ennuyeuse.
Beyoglu ou Karakoy Ce quartier bohème et animé offre le meilleur en matière de bars, de restaurants, de night-clubs et de boutiques. Il abrite aussi la plus forte concentration d’hôtels de charme, d’apart-hôtels et d’appartements. Une ligne de tramway le relie à la péninsule historique ; le métro fait le lien avec les élégants faubourgs résidentiels et commerçants du Nord-Est. Les nombreux bars et night-clubs rendent bruyantes les rues proches d’Istiklal Caddesi et de Cihangir.
Beşiktaş, Ortaköy et Kuruçeşme Jalonnant les rives du Bosphore, ces faubourgs offrent des vues somptueuses, la plupart des cinq-étoiles et un bon choix de restaurants et de night-clubs haut de gamme. Les embouteillages permanents sur les routes d’accès ralentissent considérablement les déplacements en bus, en taxi ou en voiture particulière. Les bus sont souvent bondés.
Le Bosphore Les villages du Bosphore sont plus calmes que la ville et leurs hôtels de charme bénéficient d’une relative tranquillité. Les chambres et les restaurants qui donnent sur le détroit sont romantiques. Traverser le Bosphore entre l’Asie et l’Europe à bord des barques des hôtels a quelque chose de magique. La distance est très longue jusqu’à la péninsule historique et le retour à votre hôtel après une journée de visite peut être pénible. Le nombre de bars et de restaurants autour des hôtels est limité.

POUR MANGER 

Alors sur la journée nous ne nous sommes pas arrêté pour manger car la STREET FOOD est PARTOUT !!! Vous ne pourrez pas marcher plus d’un kilomètre sans voir un restaurant ou un des nombreux vendeurs ambulants de la ville. Leur nombre est vraiment impressionnant à Istanbul, les plus communs sont ceux vendant :

– Le simit est un petit pain arrondi creux, couvert de sésames. Que l’on mange durant toute la journée, nature, avec du fromage, du nutella, des tomates etc…. Le simit est vendu partout, en carriole, sur la tête, dans des paniers, sur des tréteaux, chacun sa technique!

– Les moules farcies à la turque : Des énormes moules farcies de riz, d’épices, de raisins secs, sont vendu à la pièce. avec un zest de citron. On trouve des vendeur des moules farcies dans tous les quartiers, surtout vers le dîner. A cause de la chaleur, les Stambouliotes les préfèrent le soir, après le coucher du soleil.

– Le maïs bouillis ou grillé : avec une pointe de sel un vrai régal.

– Le pogaca : Une brioche salé nature, ou fourré d’olives, de fromage, de pommes de terre. Les stambouliotes préfèrent de manger les pogacas au petit déjeuner, en collation ou encore au goûter.

– Les marrons grillés : Vous ne pourrez pas  échapper à l’odeur des marrons à Istanbul, ils sont partout, grillé sur place, au feu de charbon, l’odeur attire les passants quasiment toute l’année.

– Le Balik ekmek :C’est du maquereau dans un pain assaisonné de citron, de sel, garnit d’oignons blancs et de piments doux verts. il se vend souvent au bord du Bosphore à côté des vendeurs de poisson, dans des carrioles, ou dans de beaux bateaux.

– Le riz-pois chiche :Du riz blanc avec du pois chiche vendu dans de petite carrioles vitrée ambulante, il vous est servit dans un récipient alu à la louche. Certains vendeurs proposent aussi du poulet grillé.

– Le Mesir Macunu : Le vendeur de sucette maison (mesir macunu) à Istanbul, il prépare devant vous votre sucette multicolore aux plusieurs parfum, artisanale, rigolo et délicieux.

– Les amandes sur glaçon : Les amandes sont vendus souvent proche des restaurants de poisson. Les amandes sont posé sur de la glace, une poignée vous sera servit dans un récipient plastique, bien frais le goût est original, à tester. elles se mangent souvent comme mezzé, accompagné d’un verre de Raki.

– Les toasts : Vendu sur les bateaux, dans la rue, dans les fast food, c’est vraiment l’une des collation la plus mangé en Turquie, à toutes heures. Au fromage, avec saucisson, tomate, cornichon..passé sous le grill il se mange sans faim!

– Le Doner Kebap  qui est le sandwich le plus connu ici. À base de cviande. Vous en trouverez vraiment partout dans la ville.

– Les fruits : Les fruits sont vendus en vrac, à la tranche, en brochette, en jus, en vente un peu partout à Istanbul, frais, agréable, pratique un vrai plaisir pour les yeux et les papilles.

– Les loukoums, baklavas & autres douceurs.  Of course, repars d’Istanbul avec des loukoums plein ta valise ! Les Turkish Delights comme on les appelle ont des saveurs variées. Les meilleurs ? Ceux aux pistaches et aux noix. Il faut également goûter les excellents baklavas.

Le choix pour manger local et pas cher est vaste à Istanbul !

Le soir nous avons diné ARADA CAFE qu’on vous avait fortement conseillé.
Ce libanais est un incontournable à Istanbul. La décoration complètement atypique (On ne sait que choisir entre la terrasse, le salon au rdc et la véranda à l’étage, tout est charmant.) et dépareillée ajoute un cachet particulier au lieu. Les mezze sont excellents et très très copieux. Le personnel est très serviable et agréable sans parler de la note qui nous,a surpris tant elle a été peu élevée par rapport à la qualité et la profusion.
Nous avons tellement aimé que nous y sommes retourné le lendemain matin pour le petit déjeuner. En fait l’appellation petit déjeuner correspond à un énorme festin où l’on goûte beaucoup de petits plats !

SOUVENIRS À RAPPORTER

– Du thé parfumé traditionnel turc en souvenir
De nombreux pays ont leur propre thé traditionnel. Le thé noir turc est un incontournable à Istanbul. De nombreux marchands en proposent au Grand Bazar ou au Bazar aux épices. Les thés en feuilles se présentent sous différentes déclinaisons, dénommées « thé d’amour », « thé d’hiver », « thé à l’orange » et même « thé érotique », par exemple. Il est conseillé d’ouvrir les paquets pour s’assurer de la fraîcheur des produits. Vous pourrez également acheter des services à thé et des cafetières traditionnels pour votre cuisine.

– Les Nazar Boncugu, que l’on appelle également « amulettes du mauvais œil »,
Elles font partie des icônes turques les plus reconnaissables proposées au Grand Bazar d’Istanbul. C’est la version turque de la patte de lapin porte-bonheur. Vous pourrez voir ces disques bleus avec des points formant un motif d’œil au centre accrochés aux portes ou aux devantures de magasins, pour conjurer le mal. Ce souvenir très populaire se présente sous différentes formes, des porte-clés aux objets décoratifs en verre ou en céramique. Les prix varient de 3 à plus de 100 lires.

-Un tapis Kilim.
Vous pourrez ramener chez vous un morceau de tapisserie d’art turque. L’art ancien du tissage de tapis a été bien préservé au fil des générations dans le pays. Les nombreux souks du Grand Bazar d’Istanbul en proposent de beaux exemplaires. Chacune des différentes régions du pays a son propre style, et tous semblent représentés au Bazar. Les kilims, qui sont fabriqués selon les techniques traditionnelles de tissage à plat, sont disponibles en différentes tailles, mais ceux de 1 mètre sur 2 mètres sont généralement faciles à rouler et à emballer, et coûtent en moyenne 600 lires chacun.

– Des savons.
Aller au hammam est un incontournable de tout séjour spa en Turquie. Vous pourrez revivre cette expérience de bain turc chez vous en achetant des savons de hammam. La plupart des savons ou sabuns vendus au Grand Bazar sont présentés dans des emballages modernes. Il en existe de différents types et parfums : à huile d’olive, au miel, à la lavande ou encore blancs purs, entre autres. Les savons les plus traditionnels sont les savons noirs turcs, qui aident à exfolier la peau. Ils ont une texture soyeuse et onctueuse, avec des prix qui démarrent à 45 lires environ.

– Des loukoums.
À votre retour à la maison, vos proches seront ravis de goûter aux célèbres loukoums traditionnels. Plusieurs stands de confiserie dans le Grand Bazar comme Kapali Carsi, Turkish Delights & Spices & Teas et Kadirbaba Turkish Delight en proposent différentes variétés. Vous y trouverez des gourmandises bien présentées, que vous pourrez généralement goûter avant d’acheter. Tout ce qui se trouve dans le Grand Bazar peut se négocier, y compris les produits alimentaires.

– Des bijoux.
Les stands de bijoux étincelants sont un autre incontournable du Grand Bazar. Les souks regorgeant de bijoux scintillants et de bibelots dorés et argentés donnent l’impression d’entrer dans la grotte d’Aladin. Vous pourrez prendre votre temps pour parcourir les étalages qui présentent de fabuleux objets d’artisanat. Les prix sont compétitifs, mais la négociation fait partie du jeu. Pour garder l’esprit tranquille lorsque vous achetez de l’or, il est conseillé de demander un reçu indiquant le carat de l’or, ainsi que le nom complet du vendeur ou de la boutique et ses coordonnées.

– Des épices.
Le Grand Bazar et le Bazar aux épices vendent aussi bien des épices, des herbes et des parfums que d’autres produits aromatiques traditionnels. Le safran de qualité du Moyen-Orient, les épices pour boulettes de viande, la farine fermentée et les poudres de curry sont vendus en emballages soignés, prêts à être emportés chez vous. Les prix démarrent à environ 20 lires le paquet. Pour ramener un souvenir unique, certains propriétaires de stand spécialisés dans les senteurs peuvent même vous confectionner un parfum sur mesure pendant que vous sirotez un thé turc.

– Des céramiques.
Après avoir visité la basilique Sainte-Sophie ou la Mosquée bleue aux mosaïques éblouissantes, vous aurez peut-être envie de ramener chez vous un objet créé avec cette technique datant des VIIIe et IXe siècles. Les bols d’Iznik et autres céramiques turques sont des objets incontournables qui se trouvent au Grand Bazar. De nombreux kiosques vendent des céramiques colorées modernes et traditionnelles. Vous trouverez notamment des bibelots suspendus, des assiettes décorées, des tasses, des cendriers, des vases et même d’adorables figurines d’animaux.

– Une lampe turque.
C’est peut-être l’objet de décoration le plus répandu à Istanbul, en particulier dans le Grand Bazar. Une grande variété de ces articles en verre est proposée, allant des petites lampes suspendues aux lustres, en passant par les lampes de bureau en forme de vase aux couleurs, motifs et styles différents. Les lampes turques éclairent le bazar couvert, créant une atmosphère inoubliable. Vous pouvez facilement transporter les petits articles dans vos bagages à main, les mettre en soute étant sans doute trop risqué, même emballés dans du papier-bulle.

INFOS PRATIQUES
QUAND PARTIR ? 

La haute saison touristique s’étire de juin à septembre. Pour découvrir Istanbul de manière plus tranquille, on pourra partir en avril-mai ou en septembre-octobre. Les températures sont alors particulièrement agréables pour visiter.

COMBIEN DE TEMPS ? 

Impossible de s’ennuyer lors d’un séjour à Istanbul tant il y a de choses à faire Visiter Istanbul pourrait prendre des semaines pour s’imprégner de ses monuments, ses églises, ses mosquées, ses bazars et ses autres sites d’intérêt. Je vous recommande un city trip de 3 à 5 jours, une semaine dans le meilleur des cas !

SE REPÉRER ET SE DÉPLACER À ISTANBUL 

L’agglomération d’Istanbul est très étendue. La visite du centre historique et de Beyoğlu peuvent se faire à pied. Au-delà de cette zone, le métro, le tramway, le bus et le ferry appelé vapur permettent de se déplacer facilement.

Personnellement nous avons tout fait à pied !
Achetez une Istanbulkart dès votre arrivée. C’est une carte à puce rechargeable et valable dans tous les transports en commun de la ville (autobus, métro, tram, bateaux, vapur…). Elle est consignée et vous coûtera 6 TL (2.10€ env.) : à la fin de votre séjour, vous pourrez la rendre pour récupérer le prix de la consigne (vous pouvez aussi la garder pour une prochaine utilisation, si vous retournez à Istanbul). Elle vaut le coup puisque de toute façon elle ne coûte rien !  Les trajets sont entre 10 et 25% moins chers : 1.90 TL le trajet en bus contre 3 TL en plein tarif, ça fait quand même des petites économies !

SÉCURITÉ :
EST-CE RAISONNABLE
D’ALLER À ISTANBUL
MAINTENANT ?

Sérieusement, Istanbul est une ville sûre où tu ne rencontreras aucun problème lié à l’insécurité. Bien sûr, les mises en garde traditionnelles pour les grandes villes sont valables pour Istanbul (faire attention à ses bagages et effets personnels, ne pas traîner seul la nuit dans des quartiers isolés…) mais durant les 6 mois où j’y ai vécu puis au cours de mes visites annuelles, je n’ai jamais rencontré le moindre problème à Istanbul et alors que je visitais des quartiers loin d’être touristiques et rentrait souvent tard le soir et la nuit.
La question des attentats terroristes se pose également mais Istanbul n’est pas plus dangereuse que Paris ou Londres.
Si vraiment c’est la sécurité qui te retient de venir à Istanbul, tu peux vraiment balayer cet argument car Istanbul est vraiment une ville sûre.

BILLETS D’AVION POUR ISTANBUL 

Pour aller visiter Istanbul depuis l’Europe, il faut compter en moyenne entre 150 et 200 euros pour un vol aller / retour.

Il existe également des liaisons low cost (billets autour de 110 euros en moyenne) mais il faut y ajouter le prix des bagages … L’intérêt est donc limité !

Istanbul est dotée de 2 aéroports :
– l’aéroport Atatürk (code IST) qui est accessible en métro et qui est l’aéroport principal
– l’aéroport Sabiha-Gökçen (code SAW), situé sur la rive asiatique, est plus éloigné. Il est essentiellement utilisé pour les vols low cost. Un bus permet de rejoindre le centre d’Istanbul

J’espère avoir l’occasion d’y retourner pour mieux découvrir la ville !
Enfin, si vous avez déjà eu l’occasion de visiter Istanbul et que vous avez des conseils supplémentaires à partager avec les lecteurs du blog, n’hésitez pas à réagir en commentant ce billet !

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *