Voyager sans wifi

Comme vous le savez, ou ne le savez pas, lorsque je voyage, j’aime beaucoup et réaliser des road-trips dans les pays ou je me rend. Que ce soit pour Bali, la Californie ou le Mexique, j’ai visité de nombreuses villes différentes. Cela implique inévitablement de longues heures dans des bus ou des bateaux, et certaines nuits dans des hébergement de base, ce qui signifie un accès très limité aux wifi (quoi pas de wifi ? Mais comment est-ce possible?).
Au début je me disais « EASY. Je peux bien me passer de wifi 24h sur 24 pendant 2 semaines ». Mais lorsque l’on arrivais dans certains endroits et que l’on me disais qu’il n’y en avais pas du tout, mes yeux sortaient de leurs orbites. Des cris de terreur et d’incrédulité s’échappaient de nos bouches à moi et mon chéri (c’est pour rire, j’accentue le truc pour vous mettre dans le bain haha). « Vous entendez quoi par pas de wifi ? Il y en as mais il galère un peu hein ? ». Bon et bien il faut parfois se rendre à l’évidence, ce sera un peu plus compliqué que ça…
Avant d’aller plus loin, je tiens à souligner que je suis totalement consciente de l’absurdité de mes propos, enfin de cette peur de vivre sans Internet pendant quelques jours. Je pense vraiment que nous passons beaucoup trop de temps sur nos téléphones, et que ce petit objet en viens vraiment à contrôler beaucoup d’aspects de nos vies.

On pourra très bien raconter nos péripéties à nos amis ou à notre famille à notre retour, ou lire une vraie carte plutôt que de s’enterrer dans notre téléphone et de suivre le petit point du GPS.
Ma mère m’a raconté des histoires d’auto-stop quand elle était jeune complètement géniales, elle partait à l’aventure avec une de mes tantes et elles ont rencontré des gens incroyables. Elle a quitté la maison familiale à l’age de 18 ans, est parti seule vivre à Paris, est partie à droite à gauche, souvent sans un sou en poche, seule, sans portable, sans wifi. Pas d’Instagram, de Snapchat ou de Facebook (qu’elle n’a toujours pas d’ailleurs, elle ne fais pas partie des gens connectée, son téléphone n’est même pas en couleur!). Aucune plateforme pour partager toutes les expériences qu’elles a vécues, les personnes qu’elle a rencontré… et cela ne rend pas ses aventures moins excitantes.
Je trouve qu’il y a vraiment quelque chose de magique, de romantique et mystérieux de partir de sa ville pendant un temps et que personne ne sache vraiment ou vous êtes, ce que vous faites et avec qui vous êtes. A l’époque, on ne pouvais pas google-isé les « meilleurs endroits pour manger » ici, ou regardez à quel endroit tel bloggueur ss’est rendu pendant son escapade là. Il y avais plus de discussions entre étrangers, plus d’efforts pour apprendre une autre langue, et surtout plus de surprises. Le concept de voyage était vraiment là.
Le mot voyage justement, viens du latin vacare qui signifie « être sans ». Selon moi le voyage = sans notre quotidien qui nous colle à la peau…
Mais je ne dis pas que voyager avec un téléphone et un accès à Internet est sans avantages. Lorsque vous y réfléchissez, ces choses ont tout de même contribué à transformer et à modifier complètement le voyage. C’est quand même plus sur, plus facile et cela nous offre d’innombrables opportunités qui n’aurait pas été possibles sans l’utilisation d’Internet. J’ai pu rencontrer des personnes incroyables en commençant à discuter sur des forums ou sur Instagram, j’ai pu manger de la nourriture délicieuse plutôt que de me retrouver dans un restaurant qui sert du surgelé, j’ai pu réserver des hébergements fantastiques à moindre cout, ou encore visiter des lieux vraiment spéciaux… tout cela grâce à mon téléphone.

Vous vous demandez peut être comment, j’ai survécu alors à des dizaines de jours avec un accès Internet douteux, et peu de possibilité de charger mes photos sur Instagram ? Et bien c’était difficile. Mais pas comme vous l’imaginez. J’ai trouvé ça assez facile après un petit temps d’adaptation, et cela m’a permis de vivre pleinement le moment présent et de profiter de l’environnement dans lequel j’étais. Ne vous méprenez pas, j’ai pleinement utiliser les opportunités qui s’offraient à moi comme le wifi des cafés, restaurants, du Starbucks… mais le reste du temps ne m’a pas en avoir ne m’a pas tant désespéré que ça. Dans certains lieux, le wifi n’était accessible que dans le hall (oui car je n’aime pas réserver des hôtels de standing, à la base je n’y suis que pour dormir, je n’ai pas envie de m’y enterrer, et de ne pas être immergée dans la vie locale), alors oui on y reste un peu mais très clairement on ne va pas y passer sa soirée, cela nous a permis de nous retrouver à deux avec mon chéri. Au contraire je trouve parfois plus difficile d’être dans un environnement ou la connexion est là, tout semble tourner autour de ce mot « wifi ». Lorsqu’on arrive quelque part et qu’on entend de partout « vous avez le wifi », le code circule, et là c’est comme une épidémie qui se repend… tout le monde baisse la tête, plus personne ne se regarde ou s’écoute, tout le monde (y compris vous-même) cesse de communiquer.
Alors non, je n’achète jamais de forfaits spéciaux avant de partir en voyage. Il n’est pas simple de discipliner notre mentale, et de faire un peu la grève de tout ça, mais je pense vraiment que c’est un enjeu important pour déconnecter réellement, pour vivre de « vraies » vacances et de « vraies expériences » en live. Oui bien sur, prenez des photos pour immortaliser ces moments mais ne perdez pas de temps, à retoucher votre image, la refaire car la lumière n’est pas parfaite, la refaire finalement 50 fois car vous voulez finalement être sur la photo, mais que vous n’arrivez pas à vous trouver jolie, puis à la partager sur 1, 2 , 3… tous les réseaux. Puis tiens l’envoyer à quelques uns de vos potes aussi … Prenez quelques photos, rangez votre téléphone et vous verrez plus tard pour le reste. Encore pire si certaines n’arrivent pas totalement à déconnecter, qui lisent chaque mail, chaque notification… On est là pour se couper du stress et de l’anxiété qui prend bien souvent le dessus sur nos vies. En règle général, comme je vous l’ai dit, je ne réserve pas de supers hôtel trop canons, je préfère des hébergements un peu plus insolite, des cabanes en bois perdues dans la jungle ou ce genre de chose… j’aime trouver un semblant de liberté car pour moi le voyage, quelque soit la destination, doit être une source d’exotisme, un moment plus ou moins long qui me permet de mettre ma vie de côté, de vivre à un autre rythme.
Et vous, êtes vous capable de profiter pleinement de vos vacances si vous ou êtes vous ultra-dépendant à Internet ?

1b674640623686ccc92827b8ec529e4a 1bc98a414a53a0a40dd51dc34d77ca05 Processed with VSCOcam with j5 preset  6f22102c535174e2fca28cb1bca38bf9 480c07f6c2fea2d7d2192ae925d16ba8 605fa947487270cc06c31533042ad90e 1425f3119e575b1c011287f67dbba7c4 35060f9985501472eda213e823bd16c7  a7bfe624bf3cc07c371c148b3949bb08 a82c2c39095882d2c29ed5c777317539 af2b377da17e5cc0ac6fc90c85892f54 af11c4c2327ac2e26b36426dc047f461 b4962916553c73ceead5fcce379339da bb52ca3abb355a733d752396708aca43 d6f3afc70e4e2a5618d565874d60f777 d1179a6a53cc833979f10b7405d18026 e971ff33b833754a78cc127e978dabc4 ea55a0d8644769d38429f02a06af815f f6c101de6931ad43065d7e7ddc840053 ff0c700357c59f747f282efad3b08015

Partager:

2 Commentaires

  1. Sonia
    3 janvier 2018 / 11 h 48 min

    Avant mon Road Trip en Californie j’étais dans le méme état que toi : comment je vais faire pour accéder au wifi? Est ce que je prend un forfait spécial? Comment je vais publier mes photos?
    Et puis la magie du voyage est arrivée… j crois que ce qui m’a le plus plu dans ce voyage ce sont les trajets en voiture, la beauté du paysage, ce sentiment de liberté, cette immensité , se sentir juste bien là où on est. Des heures et des heures de routes où nous rigolions a en perdre haleine, des tonnes de chansons massacrées , des jeux « chacun cite un état des USA et celui qui n’en trouve plus à un gage » « un animal qui commence par C », enfin juste se retrouver et partager le bonheur d’être ensemble sans tout ce qui peut parasiter <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *