Le miel, bonne alternative au sucre ?

Dernièrement une jeune fille m’a demandé ce que je pensais du miel, s’il était intéressant d’un point de vue nutritionnel et si c’était vraiment un bon choix pour remplacer le sucre. Je lui répond donc directement via cet article !

Ses bienfaits. Le miel est également composé d’eau, entre 15% et 20% environ, de sels minéraux et d’oligoéléments, de lipides en faible quantité, de vitamines, B essentiellement, et de nombreux autres composés organiques complexes dont nombre d’enzymes. Parmi les innombrables usages thérapeutiques du miel, l’une des principales reste ses propriétés antiseptiques et antibiotiques. Avant l’apparition des antibiotiques, le miel était souvent utilisé dans le monde médical. Il existe une multitude de miels : acacia, bruyère, châtaignier, eucalyptus, etc. avec des caractéristiques, des couleurs, des saveurs… et des propriétés différentes.  Mais ils ont évidemment des points communs. Ainsi, les glucides du miel sont en majorité le fructose et le glucose. Quelle différence avec le sucre tout court ? Et bien ces glucides sont très facilement assimilables par les cellules de l’organisme qui peuvent en tirer le carburant nécessaire à leur fonctionnement. Idéal donc pour les personnes qui font du sport car le miel fournit de l’énergie. Intéressant donc pendant l’effort ou en collation.

Une bonne alternative au sucre. Le miel est l’édulcorant le plus naturel que vous puissiez trouver. Vous avez certainement entendu parler de gens qui mettent du miel dans leur thé au lieu du sucre raffiné ou qui le substituent au sucre en cuisson. Le miel offre des vertus que n’offre pas le sucre. Le sucre blanc tel qu’on le connaît est constitué à 99,9% de saccharose. Le saccharose est présent dans toutes les plantes chlorophylliennes, il est produit industriellement à partir de la canne à sucre et de la betterave sucrière. Il est constitué de deux molécules, le fructose et le glucose. Le miel est, ça n’est un sercret pour personne, très riche en sucres puisqu’il en contient entre 78% et 80%. Néanmoins, contrairement au sucre composé quasiment exclusivement de saccharose, plusieurs glucides, en différentes proportions, se trouvent dans le miel :  Une majorité de fructose et de glucose.Du maltose, du saccharose et d’autres polysaccharides en faibles proportions.

Toutefois, restez conscient que le miel est toujours un sucre et doit être consommé avec modérationet si possible avec d’autres aliments pour baisser l’IG, sur une tranche de pain complet ou mélangé à un yaourt au soja par exemple. Toutefois le miel à un pouvoir sucrant supérieur au sucre donc logiquement on en met moins (à quantité égale, votre thé aura un goût plus sucré avec le miel qu’avec le sucre ), il est un peu moins calorique mais calorique tout de même avec 320 calories en moyenne au 100g. Grosso modo une cuillère de miel apporte 96 calories et 24g de glucides simples donc attention aux portions.

Comment choisir son miel ? La première chose à faire c’est bien sur lire les étiquettes et de vérifier la liste des ingrédients. Le miel ne dois pas contenir de « sirop de maïs à haute teneur en fructose » ou « glucose commercial » car beaucoup d’entre eux sont des mélanges de miel avec des solutions de glucose, avec une teneur en eau élevée. Une origine française ou Européenne est à privilégier car il y a plus de normes et de contrôle, et bio c’est encore mieux pour éviter un maximum de résidus de pesticides mais aussi pour s’assurer du fait qu’il n’y ait pas de nourrissage des abeilles au sucre ou au glucose. . Si la mention « récolté et mis en pot par l’apiculteur » figure sur le pot c’est le top.
La couleur du miel peut varier, teinte plutôt ivoire, brune ou jaune, la teinte sera liée aux pigments de la plante butinée, mais sachez que plus la couleur est foncée plus le miel renferme de flavonoïdes antioxydants.
A savoir si le miel est meilleur liquide ou solide, il faut savoir que plus il est liquide plus il sera riche en fructose et plus son IG sera bas. Seul le miel d’acacia reste liquide et son IG est de 35 contre 60 en moyenne pour les autres. Personnellement lorsque j’en consommais je choisissais toujours une forme liquide car plus pratique.

Le meilleur miel ? Le miel de manuka. Il est très cher attention (environ 30 euros le pot). La spécificité revendiquée par le miel de Manuka tient au fait qu’il contient une très forte quantité de MGO, jusqu’à mille fois celle retrouvée dans les miels classiques (valeur inférieure à 40 mg/kg).  Le méthylglyoxal donne au miel de manuka une plus grande action antibactérienne, car plus la concentration est forte, plus l’effet antibactérien est grand. Le miel frais est aussi excellent, mais on en trouve généralement uniquement chez les apiculteurs. Récolté dans les 30 jours il est riche en lactobacillus, des ferments probiotiques comparables à ceux du yaourt ou du ékfir, excellents pour la santé intestinale.


J’espère avoir répondu au mieux !
Des bisous !

Partager:

3 Commentaires

  1. Léa
    25 juillet 2018 / 19 h 26 min

    Super comme article avec les liens des fiches Pinterest au top. Merci

  2. 26 juillet 2018 / 8 h 35 min

    C’est hyper intéressant, et dire que les abeilles disparaissent. Ca me fait mal…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *